• Comment choisir un commutateur
  • Quelques fonctionnalités
  • Acheter un commutateur
  • Non manageable : Constructeur Netgear
  • Manageable: Constructeur HP et Cisco

Comment choisir un commutateur ?

Le cout d'un commutateur peut varier entre 15 € et plusieurs centaines de milliers d'euro.
La différence s'explique par des performances et des fonctionnalités plus ou moins élevées.

Par exemple, pour une utilisation domestique (mise en réseau de trois pc et d'une imprimante) un commutateur 5 ports non manageable suffit.
Par contre, s'il s'agit de connecter 100 téléphones IP et 200 pc en réseau, on choisira un switch manageable avec des fonctionnalités de vlan, qos, ... et un niveau de perfomance adapté au besoin.

Quels éléments prendre en compte dans le choix d'un switch ?

  • Le débit des ports d'accès
  • En général, le port du commutateur négocie le débit avec l'interface réseau connectée (auto-négociation).
    Le débit maximum accepté par un port de switch est souvent de 100 Mbit/s ou 1 Gbit/s. Les cartes réseaux de la plupart des PC actuel ont un débit maximum de 1Gbit/s.

    Dans le cas de raccordement de serveurs, on peut prévoir l'utilisation de ports 10Gbit/s.

  • Le débit des ports uplinks (entre les switchs)
  • Il sera en général de 1 Gbit/s ou 10 Gbit/s.

  • Alimentation électrique des ports du commutateur ou poe (power over ethernet)
  • C'est la possibilité de d'alimenter électriquement des matériels (téléphone, borne wifi, caméra, ...).

  • Possibilité de former une pile ou stack de switch
  • On choisira des commutateurs stackables en cas de forte concentration de point d'accès dans un local technique (plus de 50 prises).

  • Switch de niveau 2 ou 3 ?
  • Ce niveau se rapporte au modèle OSI (open systems interconnection).
    Un switch de niveau 2 fait uniquement de la commutation. Il est donc nécessaire de connecter ce switch à un routeur ou à un switch de niveau 3 pour gérer la communication entre les différents réseaux.

    Un switch de niveau 3, en plus de la commutation, a des fonctionnalités de routage.

  • Manageable ou non manageable ?
  • Un switch ayant des fonctionnalités évoluées (vlan, routage, ...) sera manageable.
    On réservera donc les commutateurs non manageable pour les petits réseaux idéalement constitués d'un seul switch.

  • Présence de fonctionnalité de sécurité
  • Redondance des alimentations électriques
    Protocole d'administration des commutateurs sécurisés (ssh, https)
    Gestion d'acl

  • Présence de fonctionnalités évoluées

Quelques fonctionnalités:

  • VLAN (802.1q) : configuration de plusieurs réseaux isolés les uns des autres sur un même switch.
  • QOS - qualité de service : gestion de la priorité entre différents flux
  • LLDP (link layer discovery protocol) - protocole de découverte des voisins : possibilité pour un switch d'envoyer ou de recevoir des informations avec un matériel connecté.
  • RIP, OSPF, BGP : protocole de routage (uniquement dans le cas de switch de niveau 3)
  • Auto-mdix (automatic medium-dependant interface crossover) : les ports croisent ou décroisent automatiquement les paires émissions/réceptions en fonction du cable et/ou du matériel connecté(s).
  • LACP (link aggregation control protocol) : pemet l'aggrégation de deux ports ou plus pour améliorer la disponibilité ou les performances.
  • DHCP (dynamic host configuration protocol) : permet l'attribution dynamique des adresses IP
  • 802.1x: attribution dynamique d'un numéro de vlan en fonction d'un paramètre d'authentification
  • SNMP (simple network management protocol) : protocole d'administration du switch
  • NTP (network time protocol) : protocole de configuration automatique et centralisée de la date et de l'heure